Quand tout va bien, il faut changer

Pierre Dac le disait il y a 50 ans, « Le beau temps est un état transitoire qui ne laisse rien présager de bon ».

Un intéressant article montre ici (live science) comment la peur du risque entraîne les labos de pharmacie dans une spirale contraire à l’innovation et comment cette spirale devient elle-même un risque. Pour éviter de se mettre en péril avec de nouvelles molécules dont la mise au point coûteuse pourrait se solder par un échec pour de multiples raisons, les labos coincent sur des molécules connues et éprouvées mais dont les effets ne changent pas par rapport aux molécules dèjà commercialisées. Ce manque de nouveaux effets, entraîne à son tour un manque d’intérêt de la part des consommateurs et des médecins prescripteurs. Ce qui entraîne alors un échec du nouveau produit, c’est-à-dire exactement le phénomène qui aurait du être évité. On dirait un pauvre chien tournant déséspérement en rond, le cou douloureusement tordu pour attraper sa propre queue qui fuit devant lui.

Nous rencontrons aussi dans nos métiers ce phénomène de réduction des risques jusqu’à la stagnation complète. Même face aux problèmes les plus ardus, et les plus conséquents, plutôt que d’essayer de nouvelles approches, on préfère rester bien assi sur les pratiques connues qui ont pourtant montré leurs limites voire leur inadéquation. Pour ne pas prendre de risques, on refuse l’innovation parfois explicitement : l’innovation c’est le risque, le changement c’est l’inconnu, et l’inconnu c’est dangereux, fatalement. Et en restant ainsi coincé sur des pratiques qui ne changent plus, on prend le risque de perdre pied et de faire face à l’échec tant redouté. La boucle est bouclée.

Plus une entreprise se sent bien, plus elle se sent en bonne position et plus elle prend le risque de ne plus prendre de risques. Alors que mieux elle va et plus le contexte changeant a de chances de lui faire du mal. Pierre Dac en rit, mais c’est sérieux : mieux ça va et plus il faut prendre le risque de changer.

Publicités
Cet article, publié dans Principes, Syndromes & pathologies, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s