MdDay talk

I recently gave a little talk [fr] during the MdDay 2011. After the talks I met some people and was very pleased to see more interest in modeling and methodology than I had seen during Enterprise Architecture conferences. It was refreshing to re-discover that after all, there *are* people convinced that modeling and analyzing lead to better results than betting and hoping.

Publicités
Publié dans Principes | Tagué , | Laisser un commentaire

L’application, un concept brimant

… Qui a pourtant la vie très dure.

L’application est un regroupement de présupposés : on appelle ça couramment « les besoins utilisateurs » :

  • Soit on est un éditeur qui suppose a priori des besoins pour bâtir son business plan (quand il ne tente pas de les créer selon l’approche publicitaire classique) ;
  • Soit on est une DSI qui s’inquiète des besoins auprès de ses utilisateurs, en lui demandant de se prononcer sur la conception IT qui pourrait leur rendre des services.

Dans les deux cas, le résultat est un regroupement figé de solutions à des problèmes mal posés. Ce regroupement devient très vite un carcan. La question « qu’est-ce que vous voulez », ou pire la solution imposée sans même poser la question, conduit à figer dans le marbre les possibilités des utilisateurs. On est loin de la notion d’agilité que les concepts « ordinateur » et « programme informatique » véhiculent depuis des lustres.

Comment sortir de ce carcan ?

Un SI est un objet compliqué contraint de multiples façons, qui traite de nombreuses préoccupations, et qui est destiné à satisfaire une bonne quantité de personnes assumant une liste impressionnante de responsabilités. On ne peut l’envisager, le concevoir, le maintenir et le documenter d’une seule pièce. L’application est un découpage en éléments plus faciles à manipuler, aussi bien intellectuellement que pratiquement. Sortir du carcan de l’application impose donc de trouver un autre moyen de découper un grand sujet en une collection de sujets plus simples à apréhender.

Profitons-en pour ajouter un peu de sel à l’affaire : séparer un sujet d’intérêt en plusieurs parties est efficace uniquement si on n’oublie pas de les réunir ensuite. Dans le cas contraire, le résultat, certes apparemment simplifié, ne reflête plus la réalité et conduit immanquablement à des dysfonctionnements et à de misérables bricolages pour essayer de se rapprocher de la vraie vie. L’application assure bien un découpage, mais ne traite pas de la synthèse. D’où le classique et insurmontable chaos des flux applicatifs.

Donc, quel autre découpage ?

Tout le système est chargé de manipuler des objets métier, ceux qui ne sont qu’à peine suggérés par les fameuses « données » et, en revanche, scrupuleusement décrits et définis dans la modélisation sémantique. Ces objets ne sont pas indépendants, on note tout aussi scrupuleusement les liens indispensables (une ligne de commande n’existe que dans la cadre d’une commande) et d’autres plus lâches qui peuvent être temporairement oubliés (une ligne de commande porte une référence de stock mais peut exister sans). Et on se recule devant la collection d’objets : des galaxies apparaissent composées d’un ou deux objets centraux (commande) autour desquels gravitent des objets périphériques liés plus ou moins fortement (ligne de commande, produit, client, stock…). Ces galaxies sont les Domaines d’Objets. Elles servent de nouveau principe de découpage. A partir d’elles, on déduit les services métier, puis les services techniques nécessaires. De leurs comportements (les machines à états) on déduit les transformations qui ont du sens (autorisées). En regroupant les composants obtenus on crée les unités de déploiement. En utilisant les unités déployées on retrouve la synthése qui n’a jamais été perdue.

Et on atteint le mash up, l’agilité que l’approche service nous promet.

Publié dans Méthode, Principes, Sémantique | Tagué , , | Laisser un commentaire

Ah ! J’ai du rebooter ma voiture

Aussi. Les afficheurs commencaient à faire guirlande de noël, les alarmes se déclenchaient. On aurait dit un ordine sous wintruc ; je redoutais le « general protection fault ».

La manoeuvre n’est pas simple, il n’y a pas de petit bouton accessible avec un trombone ni de clavier à trois mains, c’est une affaire sérieuse, il faut de la concentration :

  • Tout éteindre
  • Ouvrir la porte conducteur
  • Attendre 3 minutes au moins
  • Débrancher la batterie
  • Attendre 5 minutes
  • Rebrancher la batterie
  • Attendre 2 minutes
  • Mettre le contact et vérifier le fonctionnement
  • Penser à réinitialiser les vitres

Soit huit manoeuvres et au moins 10 minutes. Epatant !

Ce qui m’a rappelé un autre reboot de voiture. Un de mes boss dans une autre vie, voiture morte, éteinte, électroencéphalogramme plat, plus une lumière, le genre plus d’espoir. Aussi brutalement qu’un fou-rire. Dans l’enclos des lions à Thoiry. D’où le fou-rire. Les gens du parc sont venus, finalement, et depuis leur camion, les gars ont fait la manipulation nécessaire.

Sans rien demander d’autre que l’ouverture du capot.

Ils la connaissaient.

Publié dans Indices | Tagué , , | 1 commentaire

US drones infested by a trojan

Ars Technica reports a strange story these days about US Air Force discovering the infection of its drones by a trojean.

The news is kind of alarming, but there’s more: it seems that US Air force discovered the thing by the Ars Technica articles. The thread is worse reading.

Isn’t it time to Get Out Of The Immaturity Model?

 

Publié dans Indices, Syndromes & pathologies | Tagué , , | Laisser un commentaire

Reality under [en]

Management through KPIs is getting autonomous, that is, KPIs tend to hide the reality behind a new representation between the view we need to understand a system, and the system itself.

The story goes like this (slide show):

We see the reality through shared representations called models. They are equivalent to a shared map showing the territory (the classical difference between map and territory): KPI collection says something about the real system but is not the real system. If KPIs are crafted carrefully, they may say appropriate things about the system. If they are paired at design time with an action lever that acts on the real system, they may be used to shape the system according to necessity and constraints. If the system changes are then correctly conveyed to the representation through the same KPIs in a feedback loop, the model brought by the KPI set is usable and brings benefits.

But crafting relevant KPIs is difficult. You need to deeply understand the system and for human built ones, you need to design the system itself carefully in order to deduce correct KPIs (it’s all about deducing, not discovering nor inventing nor knowing by god miracle).

Hence the tendancy to build KPIs representing the reality we’d like to see or show instead of the, ’em… Real reality?

Action levers are then directed to act on the KPIs set instead of the real system. When it exists, the feedback loop avoids the reality. All appears as if to build a road you’d just have to draw it on a map and show the result to people interested in roads usage, avoiding the real hassle of actually building the road.

Paul Jorion has a good example of this phenomenon in a post about Dexia [fr].

The quota thing about criminality and police activities in France exhibit the same behavior, here debunked by Maître Eolas [fr].

The bias is clearly the same in the companies where managers use dashboards with a large set of irrelevant KPIs: they put pressure on people when the color turns red, people don’t know how to change reality to make them turn green so they modify the KPIs, usually by tinkering with the way they are computed. And the reality disappears behind a new virtual artifact.

It’s called the water-melon syndrome. Red inside, green outside.

Edited to add

Other indices of the reality under in daily life :

http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/11/21/mort-dagnes-combien-de-cas-similaires-chaque-annee [fr]

http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/11/22/le-rapport-de-l%E2%80%99ondrp-dement-laugmentation-des-violences [fr]

http://www.pauljorion.com/blog/?p=36592 [fr]

Publié dans Indices, Sémantique, Syndromes & pathologies | Tagué , , , | 1 commentaire